À propos

Flâner réalisé par Cecile Emeke (2015)

Le projet afropea est influencé au départ par les écrits de Léonora Miano qui nous font découvrir le terme. S’en est suivi le besoin de documenter ce « terroir mental » qu’elle évoque dans Habiter la frontière, ce terroir intime habité par toutes ces influences qui s’entrechoquent, le rendre concret, le circonscrire d’images, de mythes, d’histoires passées et présentes, faire dialoguer et rencontrer différentes mémoires tout cela pour se dire au monde. En 2016, le projet prend alors forme avec un Tumblr puis un Instagram qui sont des espaces digitaux de curation d’archives et d’œuvres d’artistes qui s’inscriraient dans l’afropéanité, ou du moins qui l’interrogeraient. Ils ont été pensés comme des espaces de réflexion sur les identités afropéennes dans une perspective inclusive et intersectionnelle à travers des références bibliographiques, des travaux d’universitaires, de la poésie. Avec le site afropea.net l’aventure se poursuit notamment en développant une ligne éditoriale.