#3 | 2021…

2021 a commencé dans la continuité d’un 2020 marqué par la pandémie COVID-19. Nous vous souhaitons tout de même une année riche en santé et projets enthousiasmants. afropea continue tant bien que mal et s’adapte aux conditions en proposant son 6ème entretien sous forme de vidéo-conférence (voir ci-dessous). Nous avons aussi lancé un appel à contributions depuis l’année dernière et travaillons à organiser des événements où nous pourrons enfin nous rencontrer, en ligne sûrement 🙂

(image de l’édito: Collectif Afro-Swiss au sein duquel notre invitée Pamela Ohene-Nyako a milité)


VOIR 


Pamela Ohene-Nyako, une expérience afro-suisse

Pour notre sixième entretien, on s’adapte à la situation actuelle tout en s’affranchissant des frontières en rencontrant par vidéo-conférence Pamela Ohene-Nyako, chercheuse et fondatrice de la plateforme Afrolitt’ basée près de Genève en Suisse.

On commence par se dire comment elle se sent et comment elle s’est adaptée pour mener à bien son projet Afrolitt’ avec lequel elle organise notamment des rencontres autour des littératures noires. En nous racontant la genèse du projet, elle nous explique comme la littérature noire a été un allié dans sa reconstruction après sa dépression causée par la pression d’une société patriarcale et raciste. Elle aborde la littérature noire comme une source thérapeutique et un outil à l’éveil politique, l’un ne va pas sans l’autre, nous dit-elle. Elle a aussi développé avec cette plateforme les Afrolitt’ Webseries et les Afrolitt’ Cooks (projet qu’elle a initié lors du confinement). Nous avons discuté de l’éventuelle existence d’une littérature afro-suisse qui en est à ses débuts avec des publications de témoignages par exemple et de la pertinence du terme « afro-suisse ». Nous avons échangé également sur le terme « afropéen.ne », et qu’au-delà du mot c’est le récit qu’on en fait qui est important. Assistante doctorante à l’université de Genève, Pamela prépare une thèse sur les circulations transnationales et les mobilisations des femmes noires d’Europe entre 1970 et 1990. Durant cette période, des groupes de femmes noires ou racisées développent déjà une approche intersectionnelle (race/genre/classe) pour penser leur émancipation politique. Elle a également milité auprès du collectif Afro-Swiss et nous parle de différents groupes afroféministes existants en Suisse. Sont abordés aussi durant l’entretien l’héritage colonial suisse et les particularités de l’expérience noire en Suisse. La Suisse clame une innocence face au legs colonial et se défend de l’existence d’un racisme structurel par rapport à la France ou à l’Angleterre, se rapprochant des Pays Bas sur ce point. Pour finir, nous avons parlé d’utopie(s).

Voir la vidéo ici.


TOUR DU WEB


Femme et Noire en Suisse romande : le parcours des combattantes (Le Temps)

Néhémie Lemal met en lumière une jeunesse lyonnaise noire (Neon Mag)

Une série de 5 portraits d’Afro-Italien.nes par Aminata Aidara (Jeune Afrique): le premier est sur Antonio Dikele Distefano que nous avions présenté dans notre Mois de l’histoire afropéenne 2020.

May Ayim: Hoffnung im Herz, le film de Maria Binder sur May Ayim, poétesse et militante afro-allemande, est disponible en VOD sur Vimeo.


SUR AFROPEA


– Découvrez le documentaire de Sabrina Onana Crossing the color line sur les expériences de jeunes Afro-italien.nes.

– Retrouvez ici notre appel à contributions. N’hésitez pas à le partager !


À la prochaine 😉
Envoyée le 8 mars 2021. Pour s’inscrire aux nouvelles lettres c’est ici.